Vélo Voyage

Les îles Åland à vélo – Jour 4 : la vie d’antan à Kastelholm

La seconde nuit sous la tente est plus douce. Les températures ont légèrement remonté, et surtout, nous avons rajouté des couches de vêtements. Le soleil est là dès le petit matin. C’est parfait pour faire sécher l’humidité qui s’est déposée sur notre toile. Nos corps semblent bien encaisser les kilomètres de randonnée à pied et à vélo de la veille. Nous dévorons le petit-déjeuner, replions les affaires et chargeons à nouveau la remorque. L’objectif du jour est l’auberge de jeunesse de Godby. Lors de la préparation du voyage, nous avions du mal à imaginer la météo que ces îles nous réserveraient. Par précaution, nous avons donc réservé une nuit dans une auberge de jeunesse afin de pouvoir dormir au chaud et faire sécher nos affaires si la pluie venait à s’abattre sur nous.

Objectif Kastelholm

Nous quittons ce camping pour nous rapprocher de la civilisation. Pour les voyageur·euse·s chevronné·e·s, ça paraîtra exagéré, mais j’ai un petit pincement au cœur en quittant cet endroit loin de tout, si loin de mon confort habituel, où j’ai vécu avec et grâce à Alice, ma première « aventure » de vivre en plein air. J’ai eu froid, mais j’ai adoré.
Nous reprenons donc la route postale sous le soleil. Les sensations sont étranges. Les jambes tirent un peu, mais on dirait que nos corps se sont habitués à pédaler, nous avons un meilleur rythme. Nous en profitons pour nous arrêter et observer les lieux que nous avions ratés à l’aller comme la fameuse bibliothèque et l’école primaire de Sund, perdues au milieu de nulle part (Åland a son propre système éducatif dont l’organisation est calquée sur le système finlandais). Il n’y a que très peu de maisons autour, mais on comprend en regardant un plan que ce « milieu de nulle part » est aussi le centre géographique de la commune, « le milieu de tout » pour les habitants de Sund. Encore une fois, c’est le calme des lieux qui nous frappe. Il doit faire bon apprendre dans ces bâtiments de bois au rouge si typiques.

Les côtes qui nous paraissaient si difficiles à l’aller sont franchies assez aisément et déjà nous arrivons à Kastelholm. Le site est une attraction phare de l’archipel puisqu’on peut visiter un château du XIVe siècle ainsi qu’un écomusée en plein air mettant en scène la vie dans une ferme ålandaise au XIXe siècle.
Nous cadenassons nos vélos (bien que cela ne semble pas très utile ici) et commençons par la visite du château. C’est à voir surtout si on est amateur de vieilles pierres. Le château est en ruine mais certaines parties ont été restaurées dans les années 1990. Une exposition permet d’en apprendre plus sur la chasse aux sorcières qui eut lieu au XVIIème siècle

Les chasses aux sorcières en Suède, en Finlande

Entre 1666 et 1670, 7 femmes de l’île ont été accusées de sorcellerie, torturées avant d’être exécutées. Ce terrible épisode, œuvre conjuguée d’un juge et d’un pasteur locaux un peu trop zélés s’inscrivent au début d’une cruelle chasse aux sorcières qui sévira un peu partout en Suède et en Finlande. L’horreur atteindra son paroxysme un triste jour de 1675 à Torsåker en Suède : 71 personnes dont 65 femmes seront condamnées puis décapitées et brûlées.
Les historiens ont pu depuis déterminer que les prêtres qui menaient ses procès employaient des méthodes malhonnêtes pour obtenir ce qu’ils voulaient. Leurs accusations étaient en effet basées sur des témoignages d’enfants obtenus en les fouettant, en les forçant à prendre des bains d’eaux glacées, voire en les faisant entrer dans des fourneaux et en leur montrant des bûches de bois.

Le château permet aussi de se plonger dans l’histoire de la Suède puisque le célèbre roi Gustav Vasa en fera une de ces résidences de chasse. C’est aussi là que son fils Johan III, Duc de Finlande fera enfermer son frère, le roi Erik XIV et sa femme pour prendre sa place sur le trône de Suède. Sympa le frangin.

Le château de Kastelholm

Le château de Kastelholm

Un écomusée typiquement scandinave à ne pas rater

Après cette visite, nous profitons des tables installées dans le musée en plein air Jan Karlsgården pour pique-niquer au soleil. L’air est doux, l’atmosphère paisible. Ce musée a retenu toute notre attention. Aménagé dans la droite lignée des musées en plein air comme Skansen à Stockholm ou Kulturen à Lund, on peut y voir des reconstitutions des bâtiments et des intérieurs des fermes de l’archipel au XIXe siècle. On peut visiter des maisons aménagées selon la coutume. On y peut également y voir un très beau moulin, un mat de la Saint-Jean et d’autres bâtiments agricoles. L’ensemble est situé sur une pente qui descend jusqu’à un ponton sur le fjord. Des médiateurs costumés sont présents pour expliquer la vie d’antan. Celui qui nous a accueilli dans une des maisons était très disponible et très pédagogue. Il répondait volontiers à nos questions sans être trop invasif.
C’est vraiment très intéressant et c’est gratuit. J’aime beaucoup ces musées en plein air où les médiateurs n’hésitent pas à se mettre en scène pour nous immerger un peu plus dans l’atmosphère des lieux. On peut également voir à Kastelholm une exposition sur la route postale.

Le moulin à vent

 

Z’aime les Sips !

Après avoir profité de ce très beau cadre, nous reprenons la route direction Godby. En chemin, nous nous arrêtons à la boutique du fleuron de l’industrie agroalimentaire ålandaise, l’usine Taffel où sont fabriqués les Sips ! Ces chips assez communes mais néanmoins très bonnes nous ont accompagnées lors de tous nos pique-niques. C’est bien naturellement que la curiosité nous a poussés à franchir la porte de cette boutique. Taffel appartient au groupe finlandais Orkla qui détient également la marque de bonbons Panda. Nous avons pu acheter quelques curiosités sucrées comme des raisins secs enrobés de chocolat ou encore du chocolat blanc estonien avec des morceaux de myrtilles dedans. Miam miam ! Une petite photo avec la statue de la mascotte de la fabrique et c’est reparti.

Ma nouvelle amie d’Åland

Direction l’auberge de jeunesse

Le ciel commence à s’assombrir mais il nous épargne pour l’instant. Nous plongeons à nouveau vers le pont sur le Färjsundet. Nous faisons une nouvelle pause sur la « montagne » pour profiter d’un point de vue plus élevé sur les îles. Berget est surmontée d’une tour d’observation adossée à un café mais l’accès est payant (2€ par personne). Nous nous contenterons de la vue depuis les rochers qui bordent la terrasse du café. Elle est magnifique. On se sent tout petit en pensant qu’on ne voit que quelques-uns des milliers d’îles et îlots qui composent l’archipel.
Nous mettons le cap sur Godby. Un dernier faux-plat se présente à nous et nous trouvons le complexe public où est censée se trouver notre auberge de jeunesse. Nous tournons autour du bâtiment plusieurs fois, mais impossible de trouver l’accueil. Nous décidons alors de demander notre chemin à la mairie située juste à côté. Une gentille dame nous accueille en bon anglais et nous explique qu’il faut s’adresser à l’accueil de la piscine municipale à une cinquantaine de mètres de là.
Nous la remercions et nous nous exécutons un peu interloqués par cette curieuse recommandation.
Pourtant, lorsque nous entrons dans le bâtiment de la piscine, un panneau Vandrarhem (Auberge de Jeunesse en suédois) nous confirme que nous sommes au beau endroit. Un jeune homme nous accueille, nous réglons la chambre que nous avions réservée, il nous tend les clés.
Nous entrons enfin dans le bâtiment tout en longueur autour duquel nous avions tourné et trouvons notre chambre. Elle est très classique mais assez spacieuse. Nous sommes heureux de pouvoir y laisser nos affaires. Après deux nuits à combattre le froid sous la tente, la douce chaleur du lieu est très accueillante.

Stallhagen, une brasserie au goût amer

Comme l’après-midi n’est pas encore achevée, nous décidons de reprendre les vélos pour aller boire un verre à la brasserie Stallhagen conseillée dans tous les guides touristiques. En amateur de bières, ma curiosité a été titillée par cette brasserie rendue célèbre suite à la commercialisation d’une réplique de bière du XIXe siècle retrouvée dans l’épave d’un bateau (voir encadré ci-dessous),
Je dois vous avouer que nous avons été un peu refroidis par l’accueil sur place. Bien que le pub de la brasserie soit ouvert comme l’attestait la présence de quelques clients attablés à la sympathique terrasse extérieure, la serveuse n’a pas caché son agacement quand nous nous sommes rendus au bar pour commander. Très franchement, je n’ai pas compris ce qui l’embêtait. J’ai tout juste pu lui demander quelles bières étaient proposées à la pression. J’ai commandé un demi de bière rousse et Alice un jus de fruit. La bière était agréable sans plus. Selon moi, elle ne tient pas la comparaison avec ce que sont capables de faire de nombreuses micro-brasseries en France ou en Suède.

De la bière qui dormait au fond de la Baltique depuis le XIXè siècle.

En 2010, une équipe de plongeurs finno-suédois explore pour la première fois l’épave d’une goélette qui repose depuis les années 1840 par 55 mètres de fond au large de Föglö (sud-est de l’archipel). Parmi les objets encore intacts, ils retrouvent de nombreuses bouteilles de champagne et cinq bouteilles de bière.
Le gouvernement d’Åland décidera de conserver quelques bouteilles de champagne au musée d’Åland et de vendre le reste aux enchères.
La bière quant à elle a été analysée par un laboratoire finlandais qui a pu déterminer les composants utilisés pour le brassage de ce breuvage. L’université de Leuven en Belgique est ensuite parvenue à produire 1500 litres à partir de ces recherches. Une série limitée à 2000 bouteilles, l’Historic Beer 1842, a été commercialisée par la Brasserie Stallhagen de Godby à 110 euros l’unité !
Surfant sur la vague, la brasserie de Godby d’ajouter à sa gamme une bière produite à Åland à partir de la recette belge à un prix grand public et l’a nommée Stallhagen Historic Beer 1843. Elle est disponible à la vente dans certaines boutiques de l’île et dans les magasins duty-free des navires Viking Line (je ne peux pas confirmer pour les autres compagnies).

« Oh, c’est pas la pluie qui manquera. Il y aura du vent, de la foudre et des éclairs. Ça va être une tempête de tous les diables. »

Nous profitons tout de même du wifi mis à disposition par Stallhagen pour consulter la météo. Les prévisions sont épouvantables et nous devons prendre une décision pour la dernière nuit de notre voyage. En effet, nous avions prévu de dormir au camping de Mariehamn sous notre tente. Mais les quantités de pluie annoncées nous inquiètent. Si l’idée de devoir installer la tente et la replier le lendemain sous des trombes d’eau ne nous enchantent guère, nous nous demandons comment nous pourrions la faire sécher. Nous avons prévu de prendre le bateau pour Stockholm, puis de dormir dans une auberge de jeunesse de Gamla Stan avant de reprendre l’avion pour Genève le surlendemain. Cela signifie plus de 48 heures sans pouvoir faire sécher la tente dont deux longs trajets en bateau et en avion.
Craignant de détériorer la belle tente toute neuve offerte par mes collègues, je prends la décision de réserver un bungalow dans ce même camping via Booking. C’est plus cher mais tant pis, nous serons à l’abri, au chaud, avec une kitchenette pour préparer nos repas sans avoir à ressortir sous la pluie et nos affaires resteront sèches.
Après avoir fini nos boissons, nous décidons de ne pas nous attarder et rentrons à l’auberge de jeunesse. Nous prenons nos douches (et apprécions de pouvoir les prolonger un peu sans crainte que le minuteur de l’eau chaude ne s’arrête comme c’était le cas à Puttes Camping). Nous profitons de la cuisine commune pour nous préparer un dîner et rejoignons notre chambre.
Nous nous inquiétons un peu du temps qu’il fera pour rentrer à Mariehamn tout en nous rassurant avec l’idée que nous dormirons au sec le soir.
Le sommeil se fait sentir et nous nous endormons dans le confort de vrais lits.


L’itinéraire

Bomarsund – Kastelholm – Godby : 23 km

 


En pratique

Que visiter à Kastelholm ?

On peut aisément passer une journée entière sur le site de Kastelholm :

L’attraction principale est évidemment le château-fort en lui-même. Le travail de rénovation qui y est fait est intéressant. On suit un circuit dans le château alternant entre parties en ruines et parties rénovées. Les pièces abritées contiennent des panneaux d’informations sur différents épisodes de l’histoire d’Åland. Un audioguide peut être téléchargée sur smartphone et tablette pour agrémenter votre visite. L’entrée coûte 6 euros par adulte, 4,50 euros pour les enfants de 7 à 17 ans, les séniors et les étudiants – Château de Kastelholm

Si la visite de Kastelholm est plutôt intéressante, c’est l’écomusée Jan Karlsgården qui vaut vraiment le détour. L’entrée est gratuite et on peut déambuler librement entre les différents bâtiments où on est accueilli par les médiateurs costumés qui nous expliquent la vie à Åland au XIXème siècle. Ce musée en plein air est un haut lieu de célébration du Midsommer au mois de juin avec son très beau mât de la Saint-Jean. Il accueille également un grand marché de Noël au mois de décembre – Jan Karlsgården Open Air Museum

Un troisième musée est présent mais nous ne l’avons pas visité. Il s’agit d’une curieuse ancienne prison reconvertie en musée retraçant l’histoire du système carcéral sur l’île du XVIIIème siècle aux années 1950 – The Crown Prison Vita Björn

Où boire un verre ou manger à Godby ?

Vous le comprendrez, je ne vous recommande l’endroit que du bout des lèvres, il s’agit de la brasserie Stallhagen. Le pub fait restaurant. Nous n’y avons pas mangé, les prix et les menus principalement carnés n’attirant pas nos estomacs végétariens. Le cadre de la terrasse est sympathique pour déguster une des bières brassées sur place. Avec un peu de chance, vous ne tomberez pas sur l’antipathique serveuse qui nous a accueillis. Si vraiment vous êtes motivés, des visites guidées de la brasserie avec dégustation de 4 bières accompagnés d’amuse-bouches locaux sont organisées pour la modique somme de… 36 euros par personne. Si vous tentez l’expérience, écrivez-moi, je suis curieux. – Brasserie Stallhagen

Où dormir à Godby ?

Je vous recommande l’auberge de jeunesse de Godby. L’endroit est assez classique mais propre, calme. La literie est bonne et le petit-déjeuner tout à fait satisfaisant avant une bonne journée de vélo. Il y a une grande cuisine à la disposition des clients. Le wifi est gratuit.

Les tarifs démarrent à 30€ le lit en dortoir petit déjeuner et draps inclus, 40€ la chambre simple, 79€ la chambre double, 109€ la chambre familiale (2 adultes et jusqu’à 3 enfants de moins de 15 ans). – Godby Vandrarhem

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux, ça aide le blog à se faire connaître et moi, ça m’encourage ! Laissez-moi un commentaire si vous avez des questions.

Si vous souhaitez être informé dès la publication de la suite de ce carnet de voyages et des futurs articles du blog, vous pouvez vous inscrire à l’alerte e-mail avec le formulaire ci-dessous.

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.